Blog

Cracheur de feu à Etain

Cracheur de feu à Etain

Un week end passé dans la ville où une partie de ma famille est originaire : Etain. J’ai pu voir un spéctactle de cracheur de feu accompagné d’un feu d’artifice. Je n’ai pas réussi à trouver le nom des artistes présents, si les visiteurs les connaissent, n’hesitez pas à me contacter, je modifierais l’article.

Une majorité des photos a été prise avec Sony A7s et Pentax 120mm f/2.8.

Les aventures d’un aspiboy EP5 : Piste cyclable Roger Lapébie

Les aventures d’un aspiboy EP5 : Piste cyclable Roger Lapébie

Je vous ai déjà parlé de cette piste cyclable dans les vidéos, mais là j’ai pu la faire presque en intégralité (j’essaye de faire le reste demain pour la vidéo sur le Pentax K100D/K110D), avec quelques aventures sur le chemins, donc je vais vous conter celà ici.

Le contexte :

J’habite bellefond, petit village dans l’entre-deux-mers, en Gironde, et mon essai de voiture n’ayant pas été super concluant (si vous le l’avez pas lu, je raconte cet essai dans un épisode précédent), le seule moyen que j’ai pour aller faire des course ou dans la « grande ville » (Bordeaux), c’est de prendre cette piste cyclable et ensuite de prendre le bus, ou de tout faire sur cette piste cyclable. Cette ancienne voie ferré allait de Bordeaux (Gare d’Orleans) à Sauveterre-de-Guyenne,fermée entre les années 60 et 1992, elle a été transformée en piste cyclable (et vu l’état de la piste cyclable, elle est surement beaucoup mieux entretenu maintenant que lorsque des trains circulaient, ce qui est paradoxal). Toujours suite à cet article sur la 205, je suis en cours de diagnostic dyspraxie, donc je devais aller à Bordeaux vendredi, puis un détour par Belin Beliet pour un concert et un autre rendez vous, je pensais donc aller en vélo comme d’habitude à Creon et mettre le vélo dans le bus…

L’aller

Je pars donc avec mon vélo chargé vers 11h, sous un ciel assez gris, je passe par les vignes…

Au millieu du chemin, je veux prendre une peite photos avec mon Sony Alpha 7S, et je me rend compte que j’ai oublié ma carte SD dans le lecteur, je devrais donc faire un détour à Bordeaux pour pouvoir faire ma prestation, je n’ai plus le temps de faire demi tour, mais je fais quelques photos à l’iPhone.

Arrivé à Créon, j’attend le bus pendant 20 minutes, je laisse passé le précedent qui ne me dépose pas au bon endroit, esperant avoir le 407 qui me dépose proche de chez le psychomotricien… Le bus arrivé, il me dit qu’il n’y a pas la place pour prendre un vélo… Il y a dans le même temps une grosse averse, j’averti de mon retard et attend la fin de l’averse pour repartir, le prochain bus arrive trop tard, donc je vais continuer en vélo. 13h30, je repars, il me reste une heure pour arriver à Bordeaux.

 

 

 

 

 

J’en profite pour faire quelques images des couleurs d’automne, même si je n’ai plus beaucoup de temps pour arriver à Bordeaux

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Arrivé à Latresne, je me retrouve avec un panneau Bordeaux 10km et une piste cyclable qui se transforme en chemin…

Je continue mais je me demande à un moment si il n’y a pas un soucis, et je regarde le GPS, qui me dit que la piste cyclable s’est arreté, demi tour, je dois reprendre la route, sauf que je n’ai plus de solution pour arriver à mon rendez vous, il est donc déplacé…

Je me retrouve sur des route pas vraiment sympa pour les vélo, avant de retrouver une autre piste cyclable le long de la Garonne

Proche de Bordeaux, on sens que les vélo ne sont pas les bienvenues, avec des « trous » dans les voies cyclables

Ensuite, passage par Bordeaux, où je me perd et je vais dormir chez un copain au Haillan, avant de reprendre le chemin le lendemain pour Belin Beliet… Pas de photos à Bordeaux cette fois-ci, je commençais à etre très fatigué et je me suis fait insulter plusieurs fois par des livreur à vélo, car j’étais lent sur les dernier kilomètres.

La mise en danger des autistes

On va reprendre le lien avec l’article sur les autistes, car j’ai lu que les autistes se mettaient souvent en danger sans s’en rendre compte… Voilà un exemple où je me rend compte après coup que cela aurait été difficile. Après mes soucis financiers et de voiture du début de l’année, je voulais faire les aller retour cet été pour un boulot temporaire, ce qui m’en a été empêché par mon entourage. Avec ce trajet, je me suis rendu compte que je me mettais sérieusement en danger, car ici j’étais en forme, en tout cas au début du voyage donc prudent en vélo, avoir un travail signifie qu’il faut partir beaucoup plus tot, où je suis endormi et donc pas vraiment conscient des obstacle, et ensuite continuer sur une journée de travail où je serais déjà fatigué, et ensuite faire le retour, je risquais l’accident, et ce dés la première semaine, surtout que la piste cyclable s’arrete 10 km avant Bordeaux. C’est la première fois que je me rend compte que je me met en danger, tout seul…

Le retour

Bon, là, j’ai pu mettre mon vélo dans les 2 bus, et retour à Créon, de nuit, cela fait plusieurs fois que je le fais, mais cette fois ci, il y a un risque d’orage et j’ai perdu ma lampe frontale… Les lampes du vélo n’éclairent pas beaucoup, cela ne me rassure pas vraiment… Arrivé à la Sauve, l’Orage tombe, et les éclairages ne fonctionnent plus… Je traverse le tunnel et de l’autre coté, ce sont des trombes d’eau qui m’attendent, tant que je suis eclairé par l’éclairage du tunnel, j’en profite pour mettre la house étanche du sac et mon K-way… J’ai fait le reste au ralenti, dans la pénombre, en réussissant à confondre un phare de voiture par un Lampadaire,je suis passé proche de la mort encore une fois…

Je vous présente quelques photos, mais sous la pluie, j’ai préféré ne pas sortir le trépied, comme je le dit dans mon article précédent, j’ai déjà des soucis avec mon materiel photos qui a supporté accident de voiture et humidité, je vais essayer de ne pas lui faire supporter trop d’eau, et j’avais envi de rentrer.Mon Sony A7s est capable de prendre des photos avec des détails que j’étais incapable de voir à l’œil nu, même si à main levé la qualité est très moyenne, mais on est dans le noir d’une nuit d’orage, éclairé par une lampe de téléphone !

Concert Nicolas Moro

Concert Nicolas Moro

J’ai pu faire quelques photos du concert de Nicolas Moro, à la librairie. Comme d’habitude pour la programmation là bas, de la bonne musique et un artiste très sympa. Vous pouvez cliquer sur la liste de photo pour les faire défiler en grand, et je termine par quelques informations techniques.

La Technique

J’ai utilisé cette fois ci mon vieux Sony Alpha 7 (enfin mon deuxième Alpha 7, me premier n’ayant plus de lecteur de carte fonctionnel ni d’écran, il ne sert que pour filmer en direct), accompagné du « nouveau » Sony Alpha 7s (dans les 2 cas, mes moyens financiers réduits actuels font que j’ai acheté des appareils complètement rincés, et leurs fiabilités limitées m’empêchent pour le moment de faire des prestations rémunérées sur commande). J’ai monté ces boitiers des Tokina 20mm, Pentax 31mm ltd, Pentax 77mm ltd et du Pentax 120mm f/2.8. Première fois que je travail avec si peu de materiel, et je dois dire que pour un concert, à part les soucis de fiabilité, ils me permettent de réaliser des photos de grande qualité, et avec des JPEG directement utilisables (les photos publiées ici sont issues des RAW, celle du site de la librairiehttp://www.librairie-et-caetera.fr/2019/10/concert-nicolas-moro.html des JPEG directs. Pour résumer, je suis assez impressionné de la qualité de sortie avec ce matériel, je pense avoir enfin trouver mon combo parfait pour les concerts et autres reportages, plus qu’à trouver des boitiers en meilleurs état garantis !

J’ai aussi voulu testé la photo de concert à l’iphone SE, je vois tous le monde sortir son téléphone dans les concert, ça doit bien sortir quelque-chose de potable… Bon déjà, j’ai eu pas mal de pertes, sur 16 photos, la plupart sont floues, mais quelques unes sont nettes, avec un rendu assez sympa, mais très loin de l’appareil à capteur 24×36. J’ai voulu en poster quelques une à la suite du concert, n’ayant pas d’ordinateur portable avec moi, sur le petit écran, ça semblait propre, maintenant que je regarde sur mon 25″, ça fait mal. Voici donc une sélections des photos réussies, traités sous Lightroom.

Le bois de l’ile de Pons

Le bois de l’ile de Pons

Voilà, ceci est encore un microprojet photo, comme j’en fait des centaines, et dont je ne sais comment les suivre… Il y a 10 ans, je les aurait publié sur Picasa, qui n’existe plus,  puis est venu les blogs, toujours présent ici, et la chaine Youtube… Mais là, j’ai déjà parlé du materiel, fait divers miniprojet avec ce meme materiel, le Sony Alpha 7 et le Pentax Auto 100 24mm f/2.8. Voilà c’est l’histoire d’une discussion entre ami, où j’ai l’appareil photo à la main, comme toujours, et où je prend toute une série, en se balladant à Pons, et je me décide cette fois ci à la publier…

La petite maison Gite

La petite maison Gite

Un petit reportage pour un gite en Dordogne (liens facebook)

Festival de Rions 2019

Festival de Rions 2019

J’ai pu aller faire un tour au festival rue et vous de Rions cet année, ne connaissant personne du staff ni des artistes, je n’ai pas fait une série complète comme il y a 3 ans et je n’avais pas non plus préparé mon matériel comme je prépare mon matériel pour une prestation pro, mais je vous propose quand même quelques images, du spectacle « les ogres » de la companie THANK YOU FOR COMING puis Afro new orleans tribu, musique que j’ai beaucoup apprécié.

 

Festival En bonne voix 2019 – bancal chéri

Festival En bonne voix 2019 – bancal chéri

J’ai pu faire quelques photos lors de la representation de Bancal Chéri, au festival en bonne voix à Pessac en Gironde. Vous pouvez aller voir leur page facebook ici ou écouter leur musique ici.

Matériel utilisé : Sony Nex 3N, Sony Alpha 7, Panasonic LX100, Pentax 31mm ltd, Pentax 77mm ltd, Pentax 135mm f/2.5, Sony 16mm.

Les aventures d’un aspiboy vol 3 : l’episode de la voiture

Les aventures d’un aspiboy vol 3 : l’episode de la voiture

Cette fois-ci, un article, surement rapide, pour conter une petite mésaventure qui m’est arrivé, en voulant me comporter encore une fois « normalement » d’essayer de compenser mon handicap de la mauvaise manière…

On commence par toujours par le commencement, au plus loin que je m’en souvienne, il y avait ma passion pour les cassette, et puis aussi pour les voitures, plus par leurs design que pour la mécanique, alors que j’étais pourtant passionné par la technique pour bien d’autres choses  : mes premiers jouets (ceux que j’ai piqué et que je jouais beaucoup avec, pas ceux qu’on m’a offert) étaient une calculatrice et une cassette, je devais avoir un an et demi. A deux an et demi, lorsqu’on m’a demandé ce que je voulais comme papier peint (et je me souvient encore de la scène, on ne me l’a pas raconté), j’ai tout de suite choisi celui des 205…

L’age avançant, les idées de liberté aussi (surtout pouvoir aller faire de la photo et voyager où et quand je veux), l’idée du scooter électrique m’est passé par la tête, puis j’ai eu l’age de la conduite accompagnée, et c’est là, c’est drame comme on dit. A l’époque, le mot dyspraxie n’était encore qu’un mot inconnu pour moi, prononcé une fois par un prof de sport qui voulait que j’aille voir un psychomotricien, mais j’avais à l’époque suffisamment de handicaps bizarres que ce n’était pas la peine d’en rajouter un…

Donc retour à la conduite accompagnée, les premières leçons techniques, il n’y avait pas de soucis, mais quand il fallait mixer le tout (changer les vitesse en même temps que maitriser sa vitesse, sa direction, regarder la route), ça devenait encore plus complexe. Et si on ajoute de la circulation dans tout les sens, des gens qui ne respectent pas forcement le code de la route, celà donne une crise de panique… 40h de leçons de conduite plus tard, 5000 km de conduite accompagnée et 3 tentative d’examen plus tard, me voici avec mon précieux césame, que je ne me sens pas vraiment d’utiliser… Pour le moment, celà m’entraine plus de stress que d’aide.

Mes 3 années étudiantes aux cézeaux se passent à conduire environ une fois par mois, 2-3km à ramener mes copains qui avaient un peu bu dans leurs voiture, avec moi qui roule à 30km/h dans les rues de Clermont-Ferrand, il n’y a pas de soucis particuliers, puis lors de ma vie étudiante écossaise, celà se corse, je suis le seul du club escalade à avoir plus de 3 ans de permis donc à pouvoir emmener du monde, je rend la voiture avec 2 retroviseurs en moins et rayé de partout, je me dis que c’est la dernière fois de ma vie que je conduis…

2008 – 2018 : plus de voiture, une période d’essai qui se termine avec comme argument que je ne veux pas conduire, mais je ne me sens pas capable de conduire, je ne veux pas tuer quelqu’un, ni consommer de l’essence, ni dépendre d’une voiture. A cause de difficultés pour réaliser mon projet photo sur les alternatives, et pour trouver des prestation photo, je pense à me prendre un véhicule pour me déplacer autre que mon vieux vélo… La colocation que je trouve se trouve au fin fond de la campagne, je décide donc de reprendre une voiture… On me propose une 205 fourgonnette, je m’imagine tout de suite pouvoir avancer mon projet, avoir mon studio ambulant et dormir dedans… Celà faisait plusieurs années que beaucoup de monde essayait de me motiver à reprendre une voiture, le 1er novembre, la voila mienne…

Et là, tout se qui devait être simple devient compliqué, je me perd durant des heures pour trouver une place de parking où je suis sur que je ne gène personne pour aller faire mes course, je me fait peur régulièrement dans les virages que je vois à la dernière minute, je panique dés que les autres me klaxonne et j’accélère là où je ne devrais pas… Bref, à chaque utilisation de la voiture, je suis incapable de prendre une seule photo les jours où je conduis (dommage pour mes projets photos…), je suis crevé, je perds mes moyens…

Cela dure 4 mois, je discute avec les autres aspi que je rencontre, ceux qui ont leurs permis me parlent des mêmes difficultés que moi, mais tout ceux que je rencontre n’ose pas avoir une voiture, j’ai osé mais est-ce le bon choix ? La réponse arrivera 2 jours après mon dernier article sur l’autisme asperger, je suis dans un état encore plus stressé que d’habitude, on me klaxonne plusieurs fois car je n’avance, et je finis par accélérer un peu, j’aurais du m’écouter et continuer à conduire à 30km/h sur les routes de campagnes, car je me retrouve sur la voie d’en face, puis dans le bois, une souche m’arrête, non sans avoir embarqué toute la mécanique de direction, et m’avoir fait bien mal au pied. Bien sur, j’avais mis tout mon matériel de valeur sur le siège passager, qui a été bien secoué au passage.

2 mois après, les épaves sont parties, le projet de studio photo alternatif ambulant n’a pas eu lieux, en tout cas en l’état, mon pied va mieux, j’ai un nouveau téléphone, j’ai réparé mes écrans d’APN, je dois toujours réparer le circuit de charge du macbook et racheter un grand angle pour faire des VR, mais l’expérience 205 a été une parenthèse que j’aurais du éviter, j’ai voulu suivre les conseils pour réussir mes projets, et avec ma dyspraxie (lié de loin à l’autisme), cela à failli me couter la vie, si l’arbre n’avait pas été coupé la semaine d’avant…

Le conseil maintenant que je pourrais donner au personne un peu comme moi : un fonctionnement différent comme la dyspraxie et l’autisme est un avantages dans certaines situation mais un handicap dans certaines situations, il l’est sérieusement dans le cas de la conduite. Il m’a été difficile de l’accepter, mais aucun de mes projets ne pouvait se réaliser si je n’en prenais pas conscience. Je ne peux pas réaliser une prestation mariage en étant tellement fatigué et stressé que je m’endors à la cérémonie… Je ne pouvais pas réaliser de développement photo itinérant en m’endormant pendant que j’attends que le révélateur agisse… Si vous êtes dans cette situation, écoutez vous, il y a d’autres solutions, peut-être qui dépende de transport en commun ou d’autres personnes. Après, il y a apparemment des psychomotricien spécialisé dans la conduite pour les dyspraxies, et certains aspies ne le sont pas non plus, où arrive peut etre à passer outre.

Et donc voilà, ma 205 n’est plus, mes projets devront se modifier, mais je vais trouver un moyen d’y arriver.

 

Bye Bye 205 toute cassée
Bye Bye 205 toute cassée, juste avant qu’elle parte (l’autre aussi est partie).
interieur de la 205
Ben oui, celà aurait du etre mon studio alternatif…