Catégorie : voyage

Trinity and Skerwink

Trinity and Skerwink

La suite de mon voyage : j’ai passé 2 jours a l’auberge de Trinity Est, prés du sentier de Randonnée Skerwink, apparemment une des plus beau sentier de randonnée au monde…

Je pars donc le matin sur une lumière assez plate mais le soleil pointe rapidement son nez (même si au final j’ai préféré la lumière du jour d’après). J’ai traité quelques photo prise en arrivant le soir et quelques une du lendemain…

2 jours á St John

2 jours á St John

Me voila sur pied, un succulent resto vegetarien de Macau et 11h de sommeil plus tard, je commence mon exploration de St John.

Restaurant Vegan meet de macau
Traditionnel petit dejeuner canadien

Premier jour, levé a 8h, je commence a visiter la ville. Premier passage chez Tim Horton, puis petite decouverte du centre ville…

 

 

Deuxieme chose de la jounée, un petit passage par Value Village et Thrist Store, en esperant vous trouver le prochain sujet de Phot’antik, ce fut un (semi) echec : rien qui pourrait etre bien interressant…  Je sors quand meme avec 4 cassettes a 25c/each… Pas vraiment la partie la plus interressante de la ville. Ensuite, de retour au centre ville, je recherche desesperement une pharmacie pour acheter des pansement, au bout de 3 heures de marche, je me rend compte que je suis beaucoup trop loin, demi tour… Je fini par trouver la pharmacie, qui etait á, á peine 15 min de marche… Le temps de revenir et je fais quelques photos de la ville de nuit.

Le jour d’apres, je fait un tour au port, puis au musée de chemin de fer de Terreneuve… Un joli diorama mais rien de plus, on apprend beaucoup sur les manager du chemin de fer, mais pas grand chose sur le chemin de fer lui meme  (pas de plan de reseau, pas de liste des differents engins qui ont circulé, qui et quoi etaient transporté…), bref une impression de gachis…

Ensuite, je reviens a láuberge une bonne heure faire une pause, puis retour en ballade, sur Signal Hill (que je loupe, décidement mon sens de l’orientation est le meme en France qu’ici, et j’arrive au niveau de l’ancien fort. J’ai pu faire quelques photos du coin (certaines vont meriter un petit travail dessus, j’ai aussi fait des pauses longues) .

au loin, Cap Spear, le cap le plus a l’est d’Amerique du Nord

Et enfin, de retour, en passant par Veni Vici Lake, et arrivé en ville sous une belle lumiére bleue.

Et voila, maintenant direction Trinity, et Skerwink trail…

NB : pour une fois, les photos sont en sortie directe JPEG de l’appareil, je traiterais les RAW á mon retour, j’ai de quoi raconter un article complet sur la surface, les mises a jour forcée dans l’avion, Lightroom oú plein de fonctions sont inutilisable, le clavier Amercain international qui fonctionne on ne peut plus bizarrement, bref je crois que ce truc va tre remplacé par un vieux macbook air la prochaine fois…

Arrivé a St John

Arrivé a St John

Il y a quelques années déja, ce blog parlait plus de mes voyages que de technique, et mon voyage au canada avait pris une grande part… 6 ans apres, je suis revenu, dans un endroit que je n’avais pas pu faire a l’epoque : Terreneuve. Apres un voyage assez fatigant (train de Blois á Paris, bus de Paris á Londres, bus de Londres á Dublin, train de Dublin a Westport, une journee a Westport, retour a Dublin puis avion jusqu’a St Jean de Terreneuve (et l’avion est super stressant pour moi). Dans l’avion, surprise avec westjet, pas d’ecran perso, il faut utiliser notre tablette et la batterie de la mienne etait vide. Arrivé donc ce matin a 9h50 a St Jean de Terreneuve, apres un rapide passage a la douane (c’est pratique d’avoir fait un PVT, je suis deja connu).

arrivé a St John
La traversé de l’autoroute

L’aventure commence, un copain devait me rejoindre, je ne savais pas si c’etait a l’auberge ou a l’aeroport, donc j’ai attendu un peu, personne… Bon, j’ai pris mon café a Chez Ashton, puis je demande pour le bus, on me dit qu’il y en a un par heure… J’ai attendu 1h30 sans en voir, a midi je me decide donc de marcher. J’avais oublié comment etait faite les grande ville americaines : les zones residentielles  sont parfaitement laides, et surtout, je me suis retrouvé encore une fois a traverser une autoroute au millieu du chemin (il y avait un velo aussi, je n’etais pas le seul…).

Le centre ville est beaucoup plus joli :

 

NB : désolé pour la poussiere sur les photo ainsi que les accents : je suis sur ma surface, et je viens de me rendre compte, qu’en plus de n’avoir qu’un accent, sous Lightroom impossible d’utiliser l’outil de correction sans stylet 0-:

 

La construction des yourtes

La construction des yourtes

J’ai pu suivre, entre fevrier et avril differentes etapes de la construction des yourtes.

Matt et Wendy construisent en effet, chez eux, des yourtes, de façon la plus ecologique possible. On commence par la structure, en bois (Matt est un travailleur du saule et osier), il possède à cet effet une soleraie où les saules sont coupé quand ils sont à la bonne taille.

Matt recherche quels sont les saules à couper qui irait bien…
Maintenant que tout est coupé, plus qu’à tout charger…

Ensuite, il est temps de préparer le bois, on retire l’écorce et on ponce le bois, de façon à obtenir le bois le plus blanc possible. Le travail de « desecorçage » est long, mais pas désagréable.

Certaines tige de bois sont pliés pour faire la structure, ils sont donc mis dans un bac à vapeur et pliés (ici c’est un mini bac qui est pris en photo).

La structure est ensuite créée en assemblant ces différentes tiges.

Ensuite, on prépare la toile (je n’étais pas présent lors du découpage de cette toile, cette année, le travail à juste consisté à nettoyer et raccommoder les toiles. Ici, les toiles sont juste extérieures, mais pour vivre à l’année, dans certaines parties de la France, il vaut mieux ajouter une deuxième épaisseur à l’intérieur, de laine de mouton ou autre.

Ensuite, le montage proprement dit. On assemble le sol (les fondations sont là d’une année sur l’autre), on monte la structure en bas puis la structure du toit, et ensuite on met en place les toiles. Placer correctement la toile du bas est facile, celle du haut prend plus de temps, il faut être précis et l’emmener au bon endroit.

La yourte en « puzzle »

Il ne manque plus que la porte, et les meubles, et la yourte est prête pour y vivre.

Les meubles sont des meubles acheté en brocante, et rénové par des bénévoles, chacun selon son style (enfin, pour avoir une cohérence matt et wendy donnent ou pas leurs accord). et les salles de bain et Toilette sont à l’extérieur. Je vais peut être en créer une en kerterre, un article sera mis en place à ce moment là.

En attendant, vous êtes libre d’aller vous balader sur leur site internet, que j’ai aider à mettre en place. Pour être bénévole là bas, il suffit de les contacter via helpx.

Enfin, un reportage de mon coté n’est pas complet sans la petite visite virtuelle de la yourte :

Inside la cabushe

Stage de construction kerterre

Stage de construction kerterre

Bientôt un mois sans mise à jour du site… Je vous dois des nouvelles, pour tous ceux qui me suivent. Je voudrais écrire plusieurs articles sur ces dernières semaines, dont ce stage kerterre, il y a tant à dire, tellement de réflexion personnelles, de nouveaux projets en découlent…

Mais en attendant, je vais faire un petit résumé, en 20 photos puisqu’il y avait 20 jours de stage, de cette formation, et de la vie là bas. Vous aurez dans les prochains jours des articles plus détaillé sur la construction de kerterre, le jardin jungle, les kerterres elle même, celle qu’on a construite, ainsi que les ballades en Bretagne…

Sur l’ancien chemin de fer de quimper à Pont l’abbé, la pluie arrive…

Je prends donc mon vélo, de quimper, jusqu’à Plomeur… Départ sous un beau soleil, et arrivé sous une belle pluie battante, le pantalon etanche au fond du sac, et la tente trampé… Mais sous un paysage magnifique, la mer me manque, même sous la pluie c’est magnifique la bretagne… Arrivé sur la route des kerterres, je ne trouve pas l’entrée, le téléphone gps trempé ne repond plus, je dois trouver une solution… Ceux qui me connaissent savent que j’ai du mal à parler aux gens dans la rue, mais je dois me forcer, je demande mon chemin à une personne, et lorsqu’elle se retourne je reconnais Evelyne Adam, la créatrice des kerterres, j’étais arrivé. L’accueil fut très chaleureux de la part des formatrices, avec une « activité » montage de Brazero, les differents participant arrivent les uns après les autres.

kersalon de nuit
Première nuit en kerterre

Pour ma première nuit, j’ai la chance de pouvoir dormir dans la kersalon, une kerterre très confortable. Pour mon premier essai en kerterre, je fut conquis, c’est très confortable.

au piano

La première journée à consisté à préparer le chantier, nos tentes, connaitre le terrain et apprendre à se connaitre. La première soirée, on discute tous dans la maison commune, et on commence à jouer de la musique…

Les fondations
La semelle de la kerterre

Le premier jour de chantier (donc le mardi) à consister à mettre en place la semelle de la kerterre, et ce fut ma première expérience avec la chaux.

Le bol

Le jour suivant, on apprend à faire le melange chaux/chamvre, poser les mèches, et on a un beau « bol » à la fin da journée (bon il est pas encore etanche pour cuire la soupe…)

oeil
l’œil de la kerterre

Les jours suivants, on continue à monter.. Et à se connaitre, j’ai eu la chance d’être avec une équipe formidable.

la fenêtre

Les après midi, on alterne entre cours théoriques et visites des kerterres.

construction de la kerterre
le radeau

La kerterre continue de monter, on fait la construction sous le soleil les premiers jours…

la musique du soir

Le soir, les autres emmènent leurs instruments… Malheureusement ma vielle est restée à Orléans et je n’arrive toujours pas à faire grand chose de ma lyre, mais je me mettrais à la harpe durant le stage.

kerovale sous la pleine lune
Les conseils d’evelyne

La deuxième semaine, Evelyne Adam (qui ne faisait pas partie de nos formatrice) nous rejoindra plusieurs fois sur le chantier pour nous donner des précieux conseils.

Les jeux dans la salle commune

Le soir, chacun organise une petite activité, ce fut un super moment de partage.

Travail sous la pluie

La deuxième semaine, on a eu une belle journée de pluie, mes vêtements des chantiers et chaussures, au frais dehors étaient trempés au matin…

La salade de plante sauvage

J’ai pu à la place du chantier profiter d’une deuxième séance de cueillette de plante sauvage (mes prochains hôtes helpx auront droit à un pesto d’ortie et des beignets de consoude, promis!).

paysage breton

Certains soir et le week end, j’en ai profiter pour visiter un peu le coin, et faire quelques photos…

l’avancée de la kerterre

Il a été décidé de faire une avancée pour la kerterre, en attendant de pouvoir monter, le dôme est long à mettre en place, cela doit sécher pour pouvoir avancer…

Evelyne met en place la cheminé et les décorations
on doit travailler à la bougie à l’intérieur, il fait sombre sous les arbres et la pluie!

La dernière semaine, tout s’accélère, on apprend à faire les enduits intérieurs à la bougie car pendant 2 jours, le temps était à la pluie.

Et il vient le temps des décorations
Et des enduits de finitions extérieurs

L’image principale est la kerterre presque terminée…

Et ainsi se termine ce premier article, est-ce mes meilleures photos du stage ? Sur 3000, je ne pense pas et je ne sais pas, mais c’était celles qui correspondait la petite histoire que je voulais raconter ici. Ce fut 3 semaines fantastiques, et un livre ne suffirait pas à tout raconter, mais ce fut une histoire collectives, de nous les 20 participants, les 3 formatrices et d’Evelyne. Merci .à tous

Le site des kerterres : www.kerterre.org

J’en montrerais plus les prochains jours/semaines, j’ai des visites virtuelles à préparer, et encore 2900 photos à trier et 6 pellicules de 36 poses à révéler/fixer/scanner…

Le vieux camion…

Le vieux camion…

Comme vous le savez peut etre, je voyage en France, en faisant du bénévolat et apprendre et echanger sur les ecoconstruction, la simplicité volontaire et les personnes qui vivent en autosuffisance. En m’arretant en Dordogne, j’ai rencontré un famille anglaise qui construit des yourtes (j’en reparlerais dans un autre article).

Ils ont a cet endroit un ancien camion, qu’il est prevu de remettre en état et de transformer en gite mobile pour les bénévoles. J’en ai profiter pour faire une série de 360° dans ce camion. C’est aussi un proof of concept de ma part pour la cabine d’un full 360°x180° sans défaut dans un endroit confiné.

VR du camion

Le compost

Le compost

Alors je ne vais pas faire un tuto sur comment faire un compost, il y en a une pelleté sur Internet, mais je vais vous parler rapidement de mon expérience et surtout l’intérêt environnemental d’un compost.

J’ai du donc faire un mini reportage sur le compost, je le remplirais surement tous le long de l’année, mais ces 6 premières photos de la galerie viennent donc de chez Matt et Wendy chez qui j’étais pendant 3 semaines.

Pourquoi un compost ?  Je vais inverser la réponse, Quel est la logique de bruler le compost ? En effet, quand le compost va dans les déchets ménager, ça brule très mal et contient beaucoup d’eau, il faut donc beaucoup d’hydrocarbure pour bruler tout ça dans l’incinérateur de votre collectivité de commune. Le plus logique est donc de rendre à la terre ce qui a été produit par la terre plutôt que de faire une aberration écologique de plus.

Que mettre dans son compost ? tout ce qui se composte, c’est à dire tout vos déchets alimentaires, les mouchoirs, les sachets de thé, les cartons (sans colle ni scotch bien sur). Mettre le tout dans un bac en extérieur (voire sur le balcon dans le cas d’un lombricomposteur en ville), et attendre un an… Un an après, comme vous pouvez le voir sur les photo, on a un beau compost tout propre (celui possède aussi le contenu des toilettes sèches).

Que faire avec le compost : Si on a un jardin, il sert bien sur d’engrais, si vous ne jardiner pas, vous devez sans doute connaitre un jardinier qui en aura bien besoin.

En bonus de l’article, la visite virtuelle des toilettes sèches de luxe :

Les petits plats anglais

Les petits plats anglais

Je viens de passer comme je l’expliquais dans mon article précédent 3 semaines dans une famille d’anglais installé en Dordogne. Comme j’avais pu le tester il y a maintenant plus de 10 ans à Goathland, un village du North Yorkshire où j’avais pu manger une délicieuse pie(tarte salée) faite maison, je voudrais écrire un petit article pour changer un idée un peu trop pré conçue…

La cuisine britannique, différente de la cuisine française est loin d’être mauvaise, voire mieux, bien préparé, on a un choix de légume, viande, poisson cuisinée en sauce, épicée ou pas (on sent encore beaucoup l’influence de la présence britannique en Inde).

Voici une première série photo réalisée lors de ces 3 semaines, mais d’autres images suivront…

A la suite de mon article, je peux faire un petit article sur la nourriture anglaise, ce qu’elle a de bon, et de pire…

3 semaines de plus de helpx

3 semaines de plus de helpx

Me voici de retour, après 3 semaines en Dordogne, chez un couple anglais qui fait de l’hébergement insolite dans des yourtes.

Je suis arrivé sous la tempête, comme lors de mon deuxième helpx de l’année, et Matt est venu me chercher à la gare de montmoreau, ce qui m’a évité les 25km sous un vent de face…

J’ai eu la surprise de voir que les yourte n’étaient pas monté, sauf une, car étant considéré comme un habitat temporaire, elles n’ont pas le droit d’être montée à l’année. Le travail à donc consisté à les aider dans la fabrication d’une nouvelle grande yourte pour les mariages, je me suis aussi occupé du site internet (l’adresse est encore temporaire, je la publierais sur ce blog une fois que le nom de domaine sera prêt), j’ai aidé un peu dans le jardin, la cuisine et d’autres taches…

Ce fut super intéressant, j’ai énormément appris en travail du bois, permaculture, même si je reste un (éternel) débutant… Ce fut aussi une occasion de me remettre en question sur mes projets ainsi que sur ce blog, en voulant faire des articles demandant trop de travail, ils ne sont jamais publié, je vais donc essayé de faire plus d’articles, mais beaucoup plus court…

jardin
Le jardin, en permaculture, en hiver… Il y a toujours à manger!

Un des principaux travail pour la construction de la yourte : préparer les troncs de bouleaux : en premier nettoyer l’écorce.

paysage avec montons
Les moutons
portrait poule
Une des poules, qui nous fourni un œuf frais tous les matins.
L’emplacement des yourtes
jeu anglais
Pour le départ au canada de 2 helper, on jour à un jeu anglais…
Une des cuisines d’une yourte
arrivé a muret

arrivé a muret

Petite aventure pour ce deuxième helpx de cette année, après une alerte rouge de tempête en partant de bordeaux, j’ai pu quand rejoindre mon train qui n’avait qu’un quart d’heure de retard… Dans le train, je me suis rendu compte que j’ai oublié  un des 2 appareils  photo que j’avais prévu : le g1x. Arrive a Toulouse, je revois avec joie mon ancienne coloc, puis-je reprend monvelo (qui m’a manqué depuis plus d’un mois…).  Encore une fois, on est en alerte orange tempête sur Toulouse, sa souffle un peu mais le ciel est bleu…

Arrive a porter surgaronne, a peu près au tierdu chemin, Ilse met a pleuvoir avec un fortvent… Je médit que ça va passer et je continue mon chemin… Arrivé dans le village le plus proche de là où je sous travailler. Je me retrouve embourbé dans une zone industrielle, avec une tempête qui m’empêche réellement d’avancer (,du vent a 100km\h de face!), je m’arrête pour faire une pause le temps que ça se calme mais rien n’y fait, je suis trempé, je m’arrête et met le GPS voire si je suis à côté : 8 km restant : ouch… J’envoie un message a Ursula, ma future hôte qui se propose de venirmechercher, j’ai même du mal a écrire le SMS… Sony uch en quelle etat je vais me présenter. En fait, tout s’est super bien passe, on a installé un petite clôture pour les chevaux puis on s’est réchauffé a la maison… Tout est bien qui fini bien, avec un peu d’aventure au milieu!

Arrive au terrain des chevaux