Les aventures d’un aspiboy – Vol 1

Je vais essayer, une fois par mois, de vous raconter quelques unes de mes “aventures”, juste pour pouvoir de mon coté prendre un peu de recul sur ces situations…
Cette semaine a été particulièrement chargée…
On commence donc par le début, je signe il y a 2 mois une formation Photoshop Element et il y a 3 mois une formation Python pour début décembre, les dates de la formation Python ont dû être modifiées car on m´a proposé une formation RPi la semaine d’après… 2 Formations ! Chouette, je vais enfin gagner un peu d’argent ! Oui, mais vais-je être capable de gérer organisation, déplacements, 2 nouvelles personnes à comprendre, 2 nouveaux lieux (une des caractéristiques de l’autisme Asperger est la difficulté au changement, entre autre…). L’organisme avec qui je travaille m’avait dit que leurs formations étaient toujours proches des gares et facilement accessibles…
Il y a quelques semaines, on m’appelle pour me dire qu’il n’y avait pas d’eau ni de café dans le bâtiment, qu’il fallait que j’en amène, je me suis dit « pas de problème » j’irai acheter des bouteilles d’eau á la gare et je les apporterais…
Je vais aussi passer à la préparation, je signe un contrat en vérifiant que je sais faire, pas si c’est faisable dans les temps (je suis incapable d’estimer un temps), donc pour celle de Photoshop Elément pas de soucis, je reprends celle de Photoshop que je modifie, j’y passe 3 jours et tout va bien… Celle de Python, c’est une autre paire de manche comme on dit, 54 chapitres à faire en 2 jours, avec pour chaque chapitre : 3 exemples et 4 exercices et enfin toujours dans le programme/contrat que j’ai signé, 5 gros TP à la fin, en 20 minutes chaque… Une semaine de préparation plus tard et mes premières crises de panique, je n’en suis qu’à la moitié du programme, j’arrive à terminer le support de cours en 2 semaines, environ 120 heures de boulot, mais les exercices, corrigés et TP, ça ne passe pas, je finis par en prendre des existants, mais je n’aime pas ça du tout, et pour les TP, après quelques crises de panique, j’en parle avec des collègues, ce sont des sujets de projets tutorés  de DUT/licence donc 6 mois de boulot ! Je ne suis pas serein du tout, j’essaie d’aider fin octobre/début novembre des amis pour la création de site internet mais j’ai de grosses difficultés à me concentrer dessus (pour les Aspi, suivre 2 règles contradictoires c’est compliqué : suivre le contrat ou donner un cours compréhensible ?
Jeudi de la semaine dernière, vient le temps de préparer les affaires, en plein “mouvement des gilets jaunes”, je regarde donc si il n’y a pas de soucis pour y aller… Je me rends compte que le “à côté de la gare” c’est 8km de marche, et que les gilets jaunes bloquent à St Brieuc… Je change donc mon billet pour le dimanche soir et je rajoute une nuit d’auberge, et là ça fait mal parce que je suis en limite pour gagner quelque chose… Le vendredi, le bus est coincé dans les embouteillages et je loupe ma correspondance, donc je gagne l’achat d’un billet de train à la dernière minute, donc voilà, je sais que je ne gagne plus rien maintenant, donc autant dire que mon week-end sera entrecoupé de crises de panique…
Dimanche soir, arrivé à l’auberge, la personne à l’accueil m’explique qu’il y a bien un bus, et un seul qui va là-bas, à 8h30 du matin et m’indique la marche à suivre pour arriver à l’arrêt de bus à « maximum 10 min de marche »… Le lendemain matin, je pars de l’aube à 7h45, et à 8h30 je n’ai toujours pas trouvé l’arrêt de bus… Je mets donc l’adresse dans mon GPS de vélo, avec un peu de chance, je me suis perdu à côté du centre de formation, mais il ne la trouve pas… J’avais quand même pensé à entrer les coordonnés dans mon Nokia C5 et là, chouette ! Il trouve où je suis : à 7,5km : il me reste 55 minutes pour faire un peu de marche, avec plus de 10kg dans le dos (bouteilles d’eau, café, ordinateur, heureusement que mon ordinateur de spare a lâché avant de partir, ça fait 3 kg de moins!)… Je m’interdis de regarder l’heure pour éviter de trop stresser… A presque 9h, le soleil vient de se lever, le paysage est magnifique, sur le “proche de la gare”, je suis en plein champ : retard pour retard, je prends 30 secondes pour souffler et prends 4 photos pour avoir une preuve du “proche de la gare” et je repars…

Je suis en crise de panique, je me dis que je suis foutu, que je peux tout arrêter tout de suite… Je me décide quand même à faire le chemin jusqu’à la fin. Arrivé à ma destination à 9h45, j’arrive avec beaucoup de difficulté à demander la clé de la salle… La salle etait juste une petite salle vide, avec une table et 2 chaises, pas de connexion, de cafetière comme promis… Finalement le stage s’est bien passé, je me suis calmé, le stagiaire était super sympa, m’a ramené le soir… Il y a eu juste l’épisode du midi : le centre étant quasi en plein champ, je demande où l’on peut manger, il me disent au bout de la rue, je me retrouve dans la cantine d’un ESAT, je ne sais pas du tout comment me comporter, ou m’asseoir, si j’ai même le droit de manger là…J’avale le tout rapidement, et en sortant, un groupe d’handicapés me regardent et une personne dit “il est autiste lui!” et là je ne sais pas quoi dire, oui, je le suis, mais je ne fais normalement pas parti de cette ESAT…
Mais ce n’est pas complètement fini pour la journée… Je voudrais manger le soir, donc je demande à l’auberge, on me dit qu’il y a un supermarché à 3 minutes de marche, je marche pendant 45 minutes et je trouve juste une boulangerie, j’achète un bout de pizza et je retourne à l’auberge manger ma pizza et mes carottes, crevé avec un gros mal de dos…
Le lendemain se passe sans encombre, le soir, je regarde la formation de Funquatre, en hésitant à me payer sa formation : Conviendrait-elle à un aspire( ?) pour vendre mes prestations mariage ?
Le lendemain, jusqu’à l’arrivée à Dijon, pas grand-chose à signaler à part que je me suis rendu compte dans le train qu’avec mes crises de panique, j’ai pris 2 allers et pas de retour, je les accumule…

l’arrivée a Dijon, dans la nuit…

L’auberge de Dijon est en fait un Foyer de jeune travailleur, l’ambiance avait l’air sympa mais je n’étais pas vraiment d’humeur à socialiser, trop fatigué de mes derniers jours… A 4h30 du matin, quelqu’un frappe à ma porte, c’était le veilleur de nuit, il y a un souci dans la chambre qu’on m’a louée, elle s’effondre …

Le lendemain matin, sans avoir le temps de prendre de petit déjeuner, je mets 55 minutes pour faire mes 1,5 km, en me perdant dans Dijon, sans qu’aucun gps ne veuille m’aider…

En me perdant a Dijon, je tombe sur prend quelques phoos d’un ancien atelier sernam

La journée se passe sans encombres jusqu’au soir, où je me paye un sushi pour finir la journée. Je rentre à l’auberge/FJT, où l’on m’a réprimandé car je n’avais pas laissé les clés le matin, alors que je n’ai trouvé nulle part dans la chambre de règlement qui le stipulait… Je regarde la suite de la formation funquatre, je sens pendant que je regarde une odeur de métal chaud/brulé. Le lendemain, j’arrive à savoir comment et où se passe le petit déjeuner puis j’arrive au centre de formation sans presque me prendre… L’après-midi, je comprendrais la raison de l’odeur de la veille au soir, le port de charge de mon Macbook pro a grillé, il me reste 3 formations à faire avant la fin de l’année dont une formation Première que je vais devoir faire sur tablette… Le reste de la journée se termine sans encombres, je vide une dernière fois la batterie du mac pour terminer la formation, et je reprends mon train jusqu’à chez mes parents…

Voila donc le résumé d’une semaine où j’essaye d’en faire plus que je ne le peux et où les mésaventure s’enchainent…

Pendant toute la semaine, j’avais avec moi mon brave Sony Alpha 7 et mon Pentax 31mm pour toutes les photos…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.