Catégorie : volontaires

Les Tipis de Quirky Camping

Les Tipis de Quirky Camping

J’ai eu l’occasion de participer à la construction d’un tipi en Dordogne, chez Matt et Wendy de Quirky Camping.

La construction en elle même n’est pas forcement complexe quand on a compris la technique, mais pour comprendre comment faire tenir tous ces pilones les uns sur les autres c’est une autre paires de manches…

Au final, on arrive à une construction qui ressemble à une grosse tente confortable.

Je vous joins en plus la photo d’un des pilones que l’on a préparer en mars dans du châtaigner.

La construction des yourtes

La construction des yourtes

J’ai pu suivre, entre fevrier et avril differentes etapes de la construction des yourtes.

Matt et Wendy construisent en effet, chez eux, des yourtes, de façon la plus ecologique possible. On commence par la structure, en bois (Matt est un travailleur du saule et osier), il possède à cet effet une soleraie où les saules sont coupé quand ils sont à la bonne taille.

Matt recherche quels sont les saules à couper qui irait bien…
Maintenant que tout est coupé, plus qu’à tout charger…

Ensuite, il est temps de préparer le bois, on retire l’écorce et on ponce le bois, de façon à obtenir le bois le plus blanc possible. Le travail de « desecorçage » est long, mais pas désagréable.

Certaines tige de bois sont pliés pour faire la structure, ils sont donc mis dans un bac à vapeur et pliés (ici c’est un mini bac qui est pris en photo).

La structure est ensuite créée en assemblant ces différentes tiges.

Ensuite, on prépare la toile (je n’étais pas présent lors du découpage de cette toile, cette année, le travail à juste consisté à nettoyer et raccommoder les toiles. Ici, les toiles sont juste extérieures, mais pour vivre à l’année, dans certaines parties de la France, il vaut mieux ajouter une deuxième épaisseur à l’intérieur, de laine de mouton ou autre.

Ensuite, le montage proprement dit. On assemble le sol (les fondations sont là d’une année sur l’autre), on monte la structure en bas puis la structure du toit, et ensuite on met en place les toiles. Placer correctement la toile du bas est facile, celle du haut prend plus de temps, il faut être précis et l’emmener au bon endroit.

La yourte en « puzzle »

Il ne manque plus que la porte, et les meubles, et la yourte est prête pour y vivre.

Les meubles sont des meubles acheté en brocante, et rénové par des bénévoles, chacun selon son style (enfin, pour avoir une cohérence matt et wendy donnent ou pas leurs accord). et les salles de bain et Toilette sont à l’extérieur. Je vais peut être en créer une en kerterre, un article sera mis en place à ce moment là.

En attendant, vous êtes libre d’aller vous balader sur leur site internet, que j’ai aider à mettre en place. Pour être bénévole là bas, il suffit de les contacter via helpx.

Enfin, un reportage de mon coté n’est pas complet sans la petite visite virtuelle de la yourte :

Inside la cabushe

Le vieux camion…

Le vieux camion…

Comme vous le savez peut etre, je voyage en France, en faisant du bénévolat et apprendre et echanger sur les ecoconstruction, la simplicité volontaire et les personnes qui vivent en autosuffisance. En m’arretant en Dordogne, j’ai rencontré un famille anglaise qui construit des yourtes (j’en reparlerais dans un autre article).

Ils ont a cet endroit un ancien camion, qu’il est prevu de remettre en état et de transformer en gite mobile pour les bénévoles. J’en ai profiter pour faire une série de 360° dans ce camion. C’est aussi un proof of concept de ma part pour la cabine d’un full 360°x180° sans défaut dans un endroit confiné.

VR du camion

3 semaines de plus de helpx

3 semaines de plus de helpx

Me voici de retour, après 3 semaines en Dordogne, chez un couple anglais qui fait de l’hébergement insolite dans des yourtes.

Je suis arrivé sous la tempête, comme lors de mon deuxième helpx de l’année, et Matt est venu me chercher à la gare de montmoreau, ce qui m’a évité les 25km sous un vent de face…

J’ai eu la surprise de voir que les yourte n’étaient pas monté, sauf une, car étant considéré comme un habitat temporaire, elles n’ont pas le droit d’être montée à l’année. Le travail à donc consisté à les aider dans la fabrication d’une nouvelle grande yourte pour les mariages, je me suis aussi occupé du site internet (l’adresse est encore temporaire, je la publierais sur ce blog une fois que le nom de domaine sera prêt), j’ai aidé un peu dans le jardin, la cuisine et d’autres taches…

Ce fut super intéressant, j’ai énormément appris en travail du bois, permaculture, même si je reste un (éternel) débutant… Ce fut aussi une occasion de me remettre en question sur mes projets ainsi que sur ce blog, en voulant faire des articles demandant trop de travail, ils ne sont jamais publié, je vais donc essayé de faire plus d’articles, mais beaucoup plus court…

jardin
Le jardin, en permaculture, en hiver… Il y a toujours à manger!

Un des principaux travail pour la construction de la yourte : préparer les troncs de bouleaux : en premier nettoyer l’écorce.

paysage avec montons
Les moutons
portrait poule
Une des poules, qui nous fourni un œuf frais tous les matins.
L’emplacement des yourtes
jeu anglais
Pour le départ au canada de 2 helper, on jour à un jeu anglais…
Une des cuisines d’une yourte

3 jours dans les montagnes

Paysage vu de là où les proprietaires logent.

Après l’orage. Maison des proprietaires.

Après l’orage.

Nettoyer le « débris » puis les bruler (ce qui ne brule pas, il faut l’emmener une 10aines de km plus loin dans des conteners.

Brume le lendemain d’orage.

Cela fait maintenant 3 jours que je suis à almighty summit estate et que j’ai donc changé d’endroit. Je suis maintenant dans un lodge, où ils ont aussi un petit jardin. Nous sommes beaucoup moins nombreux qu’à Sleepinglady far, ce qui fait qu’on se connait mieux, que ce soit entre woofer et avec la famille. Je retrouve une des fille qui était avec moi. Le paysage était beau d’en bas, il est encore plus beau d’en haut (je suis dans la même région, à un village d’écart ce qui fait quand même +- 70 kmplus loin). Nous sommes régulièrement avec la famille, qui nous raconte des histoire de leurs jeunesse, et la femme nous fait aussi régulièrement de délicieux diner. Cela change de là où j’etait avant où on se faisait tous les jours nos propre repas (et un peu trop souvent kraft diner ou nouilles chinoises). Le travail est aussi agréable car on voit à quoi va servir ce que l’on fait. Hier, nous avons monté un porche, aujourd’hui, nous avons nettoyé un champ car un groupe de jeux médiévaux l’a loué pour dans quelques semaines. J’ai pris quelques photos le premier jour mais hélas peu depuis car il y a de l’orage depuis. On a été à Red creek cet après midi et nous nous sommes balladés dans recoin. J’ai pu prendre une photo de biches ainsi que d’une chouette.

Dernier jour…

Voici donc mon « dernier jour » puisque demain sera une journée de transition… Où je n’ai pas bossé ce matin car je me sentais pas bien, j’avais un peu de fievre avec un mal de tête… Je pense que j’ai attrapé un gros rhume pendant un des orages que je me suis pris vendredi ou lundi dernier… Dommage car une des 2 personnes qui est arrivé aujourd’hui à l’air bien sympa et je n’ai pas encore pu beaucoup parler avec elle (une japonaise qui vient des montagnes du nord du japon.
Je suis quand même sorti prendre quelques photos ce soir, avec Jonas que je remercie pour m’avoir emmener au lac d’Osoyoos, même si la lumière n’etait pas vraiment avec nous…

Verger, au EOS 30D

Lac d’osoyoos, lac salé.

J’ai pu aussi faire 3 images avec son Canon 30D, un boitier bien sympa, avec un rendu proche de mon D60 mais avec une dynamique légèrement meilleure et un vrai AF.